Passer au contenu principal
Publication blog

COVID-19 et cash : préparer la reprise et pérenniser les ressources

Credit, Political Risk and Terrorism
COVID 19 Coronavirus

De Stefano Badalacchi | Décembre 14, 2020

Les effets de la crise sanitaire se font ressentir à tous les niveaux de la vie des entreprises : nouveaux protocoles sanitaires à adopter, gestion des ressources humaines, gestion de la chaîne d’approvisionnement et du stock, pertes d’exploitation, etc.

Alors que les efforts des dirigeants se concentrent sur la mise en place de solutions rapides et efficaces pour garantir le bon fonctionnement de l’entreprise, la trésorerie de cette dernière se dégrade progressivement et les mesures d’accompagnement de l’Etat à travers le PGE ou les crédits bancaires ne suffiront pas pour pérenniser le cash.

Tôt ou tard, les entreprises ayant emprunté pour financer leur cycle d’exploitation fortement impacté par l’attisement de la crise sanitaire devront rembourser les prêts en rajoutant une contrainte financière à leurs bilans.

Par ailleurs, selon une étude publiée mardi 24 novembre 2020 par KPMG et relayé dans la presse, les délais de règlement pendant la crise de la COVID-19 auraient augmenté de 3,5 jours, passant d’une moyenne de 11 jours à 14,5 jours.

Des délais qui se rallongent se traduisent le plus souvent par un poids considérable sur le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) et la trésorerie : les entreprises voient leurs créances se cumuler alors que leurs charges doivent être réglées.

Bien que les perspectives d’un vaccin et la reprise économique qui s’annonce pour l’année 2021 puissent être perçus comme la lumière à la fin du tunnel, la dynamisation de la vie commerciale est aussi synonyme de tension de trésorerie : l’augmentation du carnet de commande et des crédits inter-entreprises amènera les sociétés à financer leur cycle d’exploitation en faisant jouer le délai de règlement fournisseur, quitte à s’endetter auprès de la banque.

Dans un contexte si particulier où l’objectif est d’éviter des coûts financiers supplémentaires, comment financer le court terme sans s’endetter et sans dégrader les délais de règlement vis-à-vis des fournisseurs ?

L’affacturage (cession de créances) s’impose comme l’une des solutions les plus innovantes, durables, flexibles et à coût limité. En mobilisant ses créances, l’entreprise obtient des avances de trésorerie en moins de 24h sans avoir à s’endetter et sans attendre le délai de règlement de ses clients. Les avances de cash se remboursent toutes seules au règlement des clients à l’échéance des factures et le coût du financement est connu dès le départ du contrat : pas de frais ou d’intérêts cachés.

L’affacturage peut intervenir à tout moment de la vie de l’entreprise et représente un véritable levier de croissance.

Pour plus d’informations contactez

Patrick Delisle
Directeur
Département Crédit et Affacturage

Chargé de clientèle
Département Crédit et Affacturage

Contact Us