Communiqué de presse

La bonne performance des entreprises suisses compense l’augmentation des engagements de prévoyance

Étude sur le degré de couverture des institutions de prévoyance des entreprises du SLI

Juillet 4, 2017
| Suisse

ZURICH, 4 Juillet 2017 – La valeur des engagements de prévoyance des plus grandes entreprises suisses cotées en bourse a sensiblement augmenté en 2016, comme le montre la dernière étude de Willis Towers Watson sur les risques liés aux plans de pensions. En même temps et grâce à une bonne performance, leur fortune de prévoyance a augmenté, de sorte que le degré de couverture tel que défini par les normes comptables internationales reste le même. Des modifications introduites par les caisses de pensions quant à la présentation des comptes et certaines mesures de de-risking ont également contribué à ce maintien.

L’étude de Willis Towers Watson s’intéresse aux plus grandes sociétés suisses cotées en bourse dans une perspective internationale et analyse la situation de couverture des engagements de prévoyance dans le bilan de tous les plans en primauté de prestations selon les principes comptables IFRS et US GAAP en Suisse et à l'étranger.

« Willis Towers Watson a mis en place cette analyse globale afin d’obtenir une meilleure comparabilité des entreprises qui ont des activités à l’étranger mais qui sont domiciliées en Suisse. Le degré de couverture ainsi obtenu s’écarte très largement du degré de couverture calculé avec la règle comptable Swiss GAAP », explique Guillaume Hodouin, responsable Retirement pour la Romandie chez Willis Towers Watson à Lausanne.

Des résultats stables et des stratégies de placement inchangées

Les engagements de prévoyance des entreprises analysées ont augmenté de CHF 1,7 milliard (+0,8 %) par rapport à l’année précédente pour les entreprises du SLI et de CHF 1,2 milliard (+0,6 %) pour les entreprises du SMI. En parallèle, la fortune de prévoyance a suffisamment progressé pour compenser les engagements plus élevés, de sorte que le degré de couverture moyen des entreprises du SMI et du SLI est resté stable. En 2016, comme l’année précédente, 83 % (SMI) et respectivement 80 % (SLI) des engagements de prévoyance étaient donc couverts.

À noter que la stratégie de placement de la fortune de prévoyance a très peu changé lors des dernières années en dépit d’un contexte de taux bas. Les portefeuilles des entreprises du SLI présentaient la composition suivante : ~33 % d’actions, ~40 % d’obligations et ~27 % d’immobilier et de placements alternatifs.

« Malgré une baisse des taux d’actualisation d’environ 40 points de base en moyenne et donc une hausse de la valeur actuelle des engagements de prévoyance en découlant, ces derniers semblent s’être stabilisés », constate Guillaume Hodouin. « Nous en concluons qu’une majorité d’entreprises a pris des mesures pour mieux contrôler les engagements de prévoyance. Parmi les mesures de de-risking typiques, on peut citer la baisse des taux de conversion et le plafonnement du montant servi sous forme de rente », poursuit le responsable Retirement pour la Romandie de Willis Towers Watson. Enfin, certaines entreprises ont appliqué en 2016 des approches dites de « risk-sharing » dans la comptabilisation de leurs engagements de prévoyance en Suisse, contribuant également à la diminution des engagements.  

Augmentation des engagements de prévoyance au premier trimestre suite à la baisse des taux d’escompte

Malgré un niveau déjà très bas des taux, le rendement moyen des obligations d’entreprises suisses a encore chuté durant les trois premiers mois de cette année: selon la duration, jusqu’à 6 points de base ont été cédés. Des reculs du même ordre de grandeur ont été enregistrés aux Etats-Unis et dans le Royaume-Uni. Dans les plans de prévoyance avec une duration de 15 ans (typique d’un plan de prévoyance suisse), les engagements de prévoyance ont ainsi augmenté d’approximativement 1 % suite à la baisse du taux d’escompte. Comme les marchés réagissent de manière inégale et avec un certain décalage par rapport au relèvement des taux directeurs par les banques centrales, il est encore difficile d’identifier des tendances claires. Cependant, il est fort probable que les taux resteront bas dans un proche avenir.   

Plus de transparence, mais aussi une plus grande volatilité

« Ces dernières années, les entreprises qui appliquent les principes comptables d’IAS 19 étaient confrontées à la très haute volatilité de leur bilan au niveau des engagements de prévoyance », expose Guillaume Hodouin. « Il importe de comprendre et de savoir gérer le risque de financement lié aux engagements de prévoyance », développe le responsable Retirement pour la Romandie. « Cela permettra en effet de mettre en œuvre des stratégies de placement qui s’alignent sur la structuration des engagements et de diminuer ainsi la volatilité du bilan », souligne Guillaume Hodouin.

La Suisse bien positionnée comparée au reste du monde

La situation financière des caisses de pensions dans le monde a été relativement stable en 2016, voire en légère hausse dans certains cas. Le degré de couverture des entreprises américaines regroupées au sein du « Willis Towers Watson Pension 100 Index » oscille toujours autour de 82 %, alors que celui des entreprises du DAX a baissé de 65 % en 2015 à 63 % en 2016. Avec un degré de couverture de 80 %, les entreprises du SMI et du SLI sont donc toujours comparables aux les Etats-Unis et devancent largement l’Allemagne.

A propos de l’étude

L’étude des risques de prévoyance 2016 de Willis Towers Watson analyse les engagements de prévoyance ainsi que le montant et l’évolution des charges de prévoyance des entreprises qui font partie du Swiss Leader Index (SLI). Cet indice est composé des 19 titres du SMI et des dix plus grandes capitalisations sur les 30 titres que comporte le SMI des capitalisations moyennes. Il contient donc les 29 principaux titres du marché des actions suisse et englobe les plus importantes entreprises cotées du pays.

En 2016, Willis Towers Watson a analysé les engagements de prévoyance annoncés par les entreprises du SMI et du SLI en appliquant les normes comptables internationales IFRS et US GAAP. Les résultats sont de ce fait très différents des données que publient les institutions de prévoyance suisses en conformité avec les objectifs de financement réglementaires locaux (RPC26). L’étude a pour objectif d’obtenir une vue d’ensemble de la situation des entreprises suisses et de créer ainsi une base pertinente pour l’élaboration de mesures spécifiques au profit d’entreprises individuelles.