Passer au contenu principal
Communiqué de presse

Les fonds de pension mondiaux résistent à la tempête – La fortune des caisses de pension suisses a augmenté de 12,5 % en 2020

Global Pension Assets Study 2020 de Willis Towers Watson

N/A
N/A

Avril 8, 2021

LAUSANNE, Avril 8, 2021 – Selon la Global Pension Assets Study réalisée chaque année, en 2020, les actifs des fonds de pension institutionnels mondiaux des 22 plus grands marchés (le "P22") ont continué à grimper malgré l'impact de la pandémie, augmentant de 11 % pour atteindre 52,5 billions de dollars US à la fin de l'année.

Les actifs de retraite de la Suisse ont augmenté de 12,5 % en 2020, en termes de dollars US, ce qui la place devant le taux de croissance moyen mondial. En 2020, le franc suisse sera la devise la plus forte, avec un gain de près de 10 % par rapport au dollar américain. Au cours des dix dernières années, les actifs de retraite suisses ont augmenté de 5,8 % par an (en dollars US), ce qui est supérieur à la moyenne mondiale annualisée de 5,4 %, pour atteindre un montant estimé à 1 163 milliards de dollars US (1 030 milliards de francs suisses).

Selon les derniers chiffres publiés dans l’étude Global Pension Assets Study réalisée par le Thinking Ahead Institute, En 2020, les actifs des fonds de pension institutionnels mondiaux des 22 plus grands marchés (le "P22") ont continué à grimper malgré l'impact de la pandémie, augmentant de 11 % pour atteindre 52,5 billions de dollars US à la fin de l'année.

Les sept plus grands marchés d'actifs de retraite (les "P7") - l'Australie, le Canada, le Japon, les Pays-Bas, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis - représentent 92 % des P22, soit le même pourcentage que l'année précédente. Les États-Unis restent le plus grand marché des pensions, représentant 62 % des actifs de pension mondiaux, suivis par le Japon et le Royaume-Uni avec 6,9 % et 6,8 % respectivement. La Suisse se classe au septième rang avec 2,2 % des actifs.

Selon l'étude, le ratio des actifs de retraite par rapport au PIB moyen mondial a connu une hausse significative de 11,2 % pour atteindre 80,0 % à la fin de 2020. Il s'agit de la plus forte augmentation d'une année sur l'autre depuis le début de l'étude en 1998, égalant la hausse enregistrée en 2009 lorsque les actifs de retraite ont rebondi après la crise financière mondiale. Si cette mesure indique généralement un système de retraite plus solide, la forte hausse souligne également l'impact économique de la pandémie sur le PIB de nombreux pays. Parmi les sept plus grands marchés des pensions, la tendance est encore plus prononcée, avec une augmentation de 20 % du ratio actifs de pension/PIB, qui passera à 147 % en 2020, contre 127 % l'année précédente. Pour la Suisse, le gain correspondant au cours de l'année a été de 17 %, pour atteindre un ratio de 163 % à la fin de l'année.

Poursuite de l'évolution vers les investissements alternatifs, allocation d'actifs équilibrée en Suisse

L'étude montre également que le passage aux actifs alternatifs se poursuit, marquant deux décennies de changement dans l'allocation des actifs des fonds de pension au niveau mondial. En 2000, seulement 7 % des actifs des fonds de pension P7 étaient alloués aux marchés privés et autres alternatives, contre plus d'un quart des actifs (26 %) en 2020. Cette évolution s'est faite en grande partie au détriment des actions, qui sont passées de 60 % à 43 % au cours de cette période, tandis que les allocations obligataires ont légèrement diminué, passant de 31 % à 29 %. L'allocation d'actifs moyenne du P7 est désormais la suivante : actions 43%, obligations 29%, alternatives 26% et liquidités 2%. La répartition des actifs des fonds suisses est un peu plus équilibrée, avec 31% d'actions, 34% d'obligations, 31% d'alternatives et 5% de liquidités.

Jérôme Franconville, conseiller principal en investissement chez Willis Towers Watson, Suisse, a déclaré : "Nous pensons que l'un des principaux défis pour les fonds de pension suisses, tout en présentant également des opportunités, est la gestion efficace de leurs actifs. Il est clair que l'inarrêtable "train ESG" prend de la vitesse, notamment en raison des efforts considérables déployés à l'échelle mondiale pour s'engager sur la voie de l'élimination des émissions nettes. C'est cet accent mis sur la durabilité qui va véritablement façonner le secteur des pensions dans les décennies à venir. On s'attend à une réaffectation significative des capitaux alors que le monde de l'investissement subit un changement fondamental pour intégrer ces aspects extra-financiers dans leurs processus de décision."

Marisa Hall, co-responsable de l'Institut Thinking Ahead, a déclaré : "Dans ce qui a été une année très tumultueuse, les fonds de pension ont continué à croître fortement en 2020, soutenus par des thèmes permanents sur plusieurs décennies tels que la rotation des actions vers les alternatives et la croissance des plans à primauté et plans 1e, qui est maintenant le modèle de pension mondial dominant. Cela donne l'image d'un secteur résilient en bonne santé et relativement bien placé pour résister aux effets - économiques et autres - de la pandémie en cours. C'est une bonne nouvelle pour des milliards d'épargnants dans le monde. Cependant, cela ne doit pas masquer les défis croissants auxquels les leaders du secteur sont confrontés, notamment en ce qui concerne la satisfaction des besoins et des souhaits de groupes de parties prenantes plus larges, tout en continuant à assurer la sécurité financière des membres de leurs fonds.

Autres points-clés de l’étude

Données sur les actifs mondiaux pour le P22 en 2020

  • Les États-Unis (62%) restent le plus grand marché en termes d'actifs de retraite, suivis du Japon et du Royaume-Uni avec respectivement 6,9% et 6,8%.
  • Le rapport entre le total des actifs de retraite et le PIB atteindra 80,0 % à la fin de 2020.
  • Les Pays-Bas continuent d'afficher le ratio le plus élevé d'actifs de retraite par rapport au PIB (214 %), suivis du Canada (193 %) et de l'Australie (175 %).
  • La moyenne des chiffres du taux de croissance annuel composé (TCAC) sur dix ans (en USD) pour les marchés du P22 est de 6,2%.
  • Les taux de croissance estimés sur cinq ans (en monnaie locale) vont de 0,3% par an en Espagne à 15,0% en Inde.
  • Les États-Unis continuent d'avoir le poids le plus important (62%) au sein du P22, tandis que les poids de la Corée du Sud et de la Chine ont également légèrement augmenté par rapport aux autres marchés de l'étude, au cours des dix dernières années.
  • Les chiffres sur dix ans (en monnaie locale) montrent que les Pays-Bas ont connu la plus forte croissance de leurs actifs de retraite par rapport au PIB, soit 93 points de pourcentage (pp) pour atteindre 214 %, suivis par l'Australie (62pp à 175 %), les États-Unis (55pp à 157 %), le Canada (55pp à 192 %) et la Suisse (51pp à 164 %).

Allocation d'actifs pour le P7

  • Les allocations en actions pour les marchés P7 ont diminué de 17 points de pourcentage au total au cours des 20 dernières années (de 60 % à 43 %), ce qui a financé l'augmentation correspondante des allocations en actifs alternatifs.
  • Les allocations aux obligations n'ont que très légèrement diminué sur les marchés P7, de 2 points de pourcentage, à 29 %.
  • Le biais domestique en faveur des actions a diminué, en moyenne, la pondération passant de 67,0 % en 2000 à 38,5 % en 2020.

Notes aux rédacteurs

  • Le P22 fait référence aux 22 plus grands marchés des pensions inclus dans l'étude, à savoir l'Australie, le Brésil, le Canada, le Chili, la Chine, la Finlande, la France, l'Allemagne, Hong Kong, l'Inde, l'Irlande, l'Italie, le Japon, la Malaisie, le Mexique, les Pays-Bas, l'Afrique du Sud, la Corée du Sud, l'Espagne, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis.
  • Le P7 fait référence aux sept plus grands marchés de pensions (92% du total des actifs dans l'étude) : Australie, Canada, Japon, Pays-Bas, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis.
  • Tous les chiffres sont arrondis et les chiffres pour 2020 sont des estimations.
  • Toutes les dates se réfèrent à la fin du calendrier de l'année en question.

Au sujet du Thinking Ahead Institute

Le Thinking Ahead Institute est une organisation mondiale sans but lucratif qui a pour but de favoriser le changement dans le secteur de l’investissement au bénéfice des épargnants. L’institut est destiné aux propriétaires et gestionnaires d’actifs, aux gestionnaires de placements et autres groupes qui cherchent à influencer l’industrie pour le bien des épargnants partout dans le monde. Le Thinking Ahead Institute découle du Thinking Ahead Group de l’Investissement créé par Willis Towers Watson.

Related content tags, list of links Communiqué de presse

Solutions Connexes

Contact Us