Passer au contenu principal
Communiqué de presse

La diversité des sexes dans les postes de direction favorise la résilience des entreprises

N/A
N/A

Mars 2, 2021

La diversité des rôles de direction, des promotions et des postes bien rémunérés permet aux employés de vivre une expérience plus positive.

ZURICH / LAUSANNE / GENEVA, le Mars 2, 2021- Selon une analyse de Willis Towers Watson, les entreprises qui prêtent attention à une plus grande diversité des sexes dans les rôles de direction et les promotions et qui emploient davantage de femmes à des postes bien rémunérés et à revenus élevés, offrent à leurs employés une expérience plus positive de leur propre organisation. En outre, les entreprises dont les structures de direction soutiennent la diversité (par exemple, avec un responsable de la diversité) sont perçues par les employés comme étant plus inclusives.

Les entreprises qui s'engagent fortement en faveur de l'inclusion en retirent des avantages pour l'ensemble de l'organisation.”

Krisztina Csedő
responsable de Talents et Récompenses

"Les entreprises qui s'engagent fortement en faveur de l'inclusion en retirent des avantages pour l'ensemble de l'organisation", déclare Krisztina Csedő, responsable de la division Talents et Récompenses chez Willis Towers Watson en Suisse. "Dans l'environnement difficile actuel, la diversité des sexes dans les postes de direction peut aider les entreprises à offrir à leurs employés l'expérience indispensable de la confiance, du soutien et de la capacité à se faire entendre".

La Suisse a du retard à rattraper

L'étude de Willis Towers Watson montre que la Suisse a un certain retard à rattraper en matière de diversité des sexes. Les femmes sont encore surreprésentées dans les postes de soutien aux entreprises. Il s'agit par exemple des services administratifs, des services des ressources humaines ou de la communication d'entreprise. Elles sont sous-représentées au niveau des cadres et des dirigeants, ainsi que dans les ventes et le soutien technique. Ces tendances sont encore plus marquées dans les secteurs des hautes technologies ou de la finance, où les femmes représentent une part plus faible de la main-d'œuvre totale.

"Nous réalisons actuellement de nombreuses analyses sur l'équité salariale. En outre, il est urgent de revoir les processus RH pour éliminer les préjugés systématiques à l'encontre des femmes", note Krisztina Csedő. "Par exemple, les femmes qui sont embauchées à un salaire inférieur à celui des hommes ayant les mêmes qualifications ont beaucoup de mal à rattraper cette différence par la suite. Heureusement, nous constatons des tendances positives au fil des ans : s'il est toujours présent, l'écart de rémunération entre les sexes en Suisse se réduit lentement. Actuellement, nous estimons qu'il est d'environ 11 % dans tous les emplois et fonctions, en faveur des hommes. Pourtant, les préjugés systémiques continuent de représenter un défi".

On constate également une certaine variation de la répartition des sexes par fonction et par secteur d'activité. Alors que les services administratifs, les RH ou les départements de communication emploient dans une large mesure des femmes dans toutes les industries, le marketing dans le secteur de la haute technologie, les sciences de l'information dans le secteur des services financiers ou les postes financiers dans les secteurs de la haute technologie et des services financiers ont une proportion de femmes encore plus faible que ce qui est typique - déjà faible - dans d'autres industries.

Parmi les principales conclusions de l'analyse globale, également applicables à la Suisse :

  • Les entreprises où les femmes sont plus nombreuses à occuper des postes de direction et de gestion offrent aux employés des expériences plus positives en termes d'évolution de carrière globale, d'équité salariale, de renforcement des compétences, de confiance dans les dirigeants et de soutien à la gestion. Les employés de ces entreprises expriment également un engagement plus important et une plus grande probabilité de rester. Les avantages sont particulièrement évidents lorsqu'au moins un tiers des femmes occupent des postes de direction et un cinquième des postes de cadres. Par exemple, les entreprises comptant au moins un cinquième de femmes parmi leurs cadres supérieurs obtiennent un score de 12 points de pourcentage supérieur à celui des entreprises comptant moins de femmes parmi leurs cadres supérieurs sur une mesure de l'évolution de carrière (73% favorable contre 61% favorable). De même, les entreprises comptant au moins un cinquième de femmes parmi leurs cadres supérieurs obtiennent 10 points de pourcentage de plus sur les mesures de rémunération équitable (62 % contre 52 %) et de probabilité de rester dans l'entreprise (71 % contre 61 %).
  • Les entreprises qui comptent davantage de femmes parmi leur personnel le mieux rémunéré (10 % des meilleurs) ont plus d'employés qui ont le sentiment de faire partie d'une organisation innovante, leader sur le marché, et qui ont également leur mot à dire dans ce qu'ils font. Ces entreprises offrent plus souvent des programmes de santé et de bien-être pour les femmes et suivent la fidélisation de leur clientèle féminine, ce qui démontre encore une fois l'engagement de l'entreprise à l'égard de la manière dont les employés vivent l'organisation.
  • Les entreprises qui encouragent la présence des femmes génèrent des expériences plus positives pour leurs employés en matière d'adéquation au poste, de confiance dans les dirigeants et de soutien à l'inclusion en général. En outre, ces organisations proposent généralement des programmes d'éducation financière et de développement du leadership pour les femmes. 
  • Les entreprises dont les cadres sont axés sur la diversité, comme les responsables de la diversité et les plans d'action en matière de leadership pour les femmes, sont considérées par les employés comme plus efficaces pour offrir un environnement de travail inclusif qui permet également aux employés de mieux comprendre leurs objectifs et leurs rôles professionnels. Les entreprises ayant un CDO ou un cadre équivalent ont un avantage de 11 points de pourcentage en matière d'inclusion (84 % favorable contre 73 % favorable) par rapport aux entreprises n'ayant pas ce rôle.

La pandémie de Covid-19 a entraîné un intérêt accru des investisseurs pour les facteurs sociaux - le "S" des investissements environnementaux, sociaux et de gouvernance - comme l'égalité des sexes", a déclaré Patricia Torres, responsable des solutions de financement durable chez Bloomberg. "Et ce n'est pas une surprise, car les recherches ont montré qu'une main-d'œuvre diversifiée est le moteur de l'innovation et de la performance, ce qui se traduit par des rendements financiers plus élevés pour les investisseurs. Les données qui sous-tendent l'indice Bloomberg sur l'égalité des sexes soulignent cette tendance, en montrant comment un environnement d'entreprise favorable peut avoir un impact sur les résultats d'une entreprise".

À propos de l'étude

L'analyse établit un lien entre les pratiques de diversité et les opinions de 1,3 million de salariés interrogés par Willis Towers Watson dans 39 entreprises figurant dans l'indice Bloomberg 2020 sur l'égalité des sexes (IEG). C'est la deuxième année que Willis Towers Watson mène cette analyse en croisant les données de l'IEG. Les données sur l'attitude des employés sont intégrées aux données de Bloomberg sur les programmes et pratiques liés au genre afin d'examiner les liens entre les politiques de diversité des genres et l'opinion des employés. L'IEG, qui comprend au total 325 entreprises, suit les performances financières des entreprises qui s'engagent à faire progresser les femmes sur le lieu de travail en divulguant des données liées au genre spécifiques au leadership féminin, à la parité salariale, à la culture d'intégration, aux politiques de harcèlement sexuel et à l'image de marque favorable aux femmes.

Related content tags, list of links Communiqué de presse

Solutions Connexes

Contact Us