Passer au contenu principal
Communiqué de presse

Le bilan des fonds de pension se redresse malgré la pandémie de Corona en cours

Willis Towers Watson Swiss Pension Finance Watch - Q2/2020

N/A
N/A

Juillet 14, 2020

ZURICH, 14 juillet 2020 – Les bilans de retraite des entreprises suisses ont connu une amélioration bienvenue grâce à la reprise du marché au cours du deuxième trimestre. Le rebond du marché a permis à l'indice Willis Towers Watson Pension de revenir à plus de 100 %. Les rendements positifs des investissements ont permis à la valeur des actifs de retrouver un niveau similaire à celui de l'année dernière, mais leur effet sur les bilans de retraite des entreprises a été quelque peu atténué par la baisse des taux d'actualisation pour le trimestre, qui a entraîné une augmentation de la valeur des passifs. Dans l'ensemble, l'indice indicatif du ratio de capitalisation (c'est-à-dire le rapport entre les actifs et les passifs des régimes de retraite) a augmenté d'environ 2,5 %, comme le montre l'indice des pensions de Willis Towers Watson, qui est passé de 98,3 % au 31 mars 2020 à 100,7 % au 30 juin 2020.

L'indice des fonds de pension du Swiss Pension Finance Watch de Willis Towers Watson est publié chaque trimestre par le cabinet de conseil et se base sur la norme comptable internationale 19 (IAS19). Il donne une indication de l'évolution de la situation générale de financement selon la norme IAS19 d'un trimestre à l'autre, par opposition au ratio de financement typique des régimes de retraite suisses.

La reprise de la valeur des actifs éclipse l'augmentation des passifs

Les turbulences provoquées par la pandémie COVID-19 au cours du premier semestre 2020 ont conduit de nombreuses entreprises à surveiller de près leurs bilans et leurs perspectives de rentabilité future, y compris leurs engagements et leurs coûts de retraite. Fin mars, alors que de nombreux pays commençaient tout juste à s'attaquer à la spirale des épidémies de COVID-19, peu de gens auraient pu prévoir la reprise de la valeur des actifs qui se produirait au cours du deuxième trimestre. Grâce à ce rebondissement des marchés, les fonds de pension auront été soulagés de réaliser un fort rendement positif au deuxième trimestre. Toutefois, la récente volatilité des rendements des obligations d'entreprises s'est poursuivie et la baisse nette a entraîné une augmentation de la valeur des engagements. Bien que cela soit contre-intuitif pour beaucoup dans le contexte actuel, les bilans des entreprises se sont malgré tout améliorés par rapport à la fin du premier trimestre, les rendements des actifs ayant dépassé l'augmentation des passifs.

La situation mondiale actuelle sans précédent continue de nous rappeler que nous devons nous attendre à l'inattendu.”

Adam Casey,
Head of Corporate Retirement Consulting, Suisse

"La situation mondiale actuelle sans précédent continue de nous rappeler que nous devons nous attendre à l'inattendu", déclare Adam Casey, responsable du conseil en retraite aux entreprises chez Willis Towers Watson à Zurich. "De nombreuses entreprises n'auront jamais été confrontées auparavant à l'ampleur et à la portée des défis qui leur ont été lancés cette année jusqu'à présent. Nous continuons à conseiller les entreprises sur les options de gestion de leurs engagements de retraite et sur la conception actuelle des prestations, car elles cherchent à réduire la volatilité et l'impact de leurs régimes de retraite sur les bilans".

La reprise des marchés n’est pas signe de la fin des turbulences

La reprise inattendue des marchés ne devrait pas bercer les investisseurs dans un faux sentiment de sécurité. En effet, les effets de la crise COVID-19 n'ont pas encore été pleinement réalisés. Avec l'augmentation du chômage dans les grandes économies comme les États-Unis et de nombreuses entreprises dans le monde obligées de réduire leurs activités, il est assez difficile de comprendre le sentiment optimiste du marché qui valorise les entreprises aux niveaux observés il y a un an. L'effort concerté des banques centrales pour atténuer l'impact économique de la pandémie est sans doute la principale raison de la hausse constante de la valeur des actifs au cours du deuxième trimestre, malgré les premiers signes d'une éventuelle deuxième vague de cas de COVID-19. Compte tenu de l'augmentation considérable des niveaux de la dette nationale qui en résulte, il y a lieu de s'interroger sur la rationalité du comportement des investisseurs et sur la possibilité de maintenir les niveaux actuels du marché.

Le premier trimestre n'était-il qu'un écart ?

Malheureusement, il est peu probable que le premier trimestre ait saisi toute l'étendue de l'impact économique de COVID-19. "Il serait prématuré de supposer que les retombées financières du coronavirus sont derrière nous, alors que tant d'incertitudes subsistent quant au développement du virus et à son effet sur le rendement des actifs", prévient Jérôme Franconville, responsable de l’investissement chez Willis Towers Watson à Lausanne. "Plus que jamais, il est crucial que les administrateurs des fonds de pension restent calmes et se concentrent sur la réalisation de rendements d'investissement diversifiés et à long terme", poursuit-il. Compte tenu des risques de baisse très importants et des perspectives modérées de rendement des actifs, le fait de s'assurer que les actifs sont diversifiés en fonction des différents facteurs de risque placera les fonds de pension dans la meilleure position pour faire face à l'avenir économique incertain.

Les rendements élevés des actifs sont quelque peu compensés par l'augmentation des passifs


L’indice des plans de pensions mesure l’évolution du rapport entre la fortune et les engagements de prestations définies d’un plan de pension type (indice de 100 % au 31.12.2006).
L’indice des plans de pensions mesure l’évolution du rapport entre la fortune et les engagements de prestations définies d’un plan de pension type (indice de 100 % au 31.12.2006).

La situation mondiale sans précédent qui perdure semble pleine de surprises. Le rendement du marché de 7 % au deuxième trimestre, représenté par l'indice LPP-40 plus 2005 de Pictet, a été accueilli favorablement par les entreprises aux bilans importants. Les rendements des obligations d'entreprises sont retombés à leur niveau de fin 2019, augmentant les engagements de retraite d'environ 5 %. L'effet de l'augmentation des engagements au cours du trimestre a atténué l'effet du rendement positif des actifs. Néanmoins, l'indice est remonté à plus de 100 %.

Informations de fond sur l’étude

Swiss Pension Finance Watch analyse tous les trois mois l’incidence du rendement des marchés des capitaux sur l’état financier des régimes de retraite en Suisse. Cette étude fait partie du Global Pension Finance Watch de Willis Towers Watson qui prend en considération les principaux marchés mondiaux de régimes de retraite depuis l’année 2000. Publiée trimestriellement, elle met l’accent sur les résultats liant les actifs aux engagements. Cette publication couvre les régimes de retraite au Brésil, au Canada, dans la zone euro, au Japon, en Suisse, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

L’impact des marchés des capitaux sur ces régimes de retraite est de deux ordres:

  • rendement des investissements sur les actifs du régime
  • modification des hypothèses économiques relatives aux engagements du régime (tels que mesurés par les normes comptables internationales)

Le modèle de Willis Towers Watson définit un régime de retraite de référence représentatif des engagements de retraite et des actifs du régime (y compris la composition du portefeuille d’actifs) tels qu’on les trouve habituellement sur chaque marché mondial. Les incidences des fluctuations du marché des capitaux sur les actifs et les engagements sont combinés de sorte à obtenir un indice des régimes de retraite reflétant l’évolution du niveau de financement du régime de référence.

Related content tags, list of links Communiqué de presse

Related Solutions

Contact Us