Skip to main content
Communiqué de presse

Les actifs des fonds de pension s’effondrent avec la crise mondiale du coronavirus

Willis Towers Watson Swiss Pension Finance Watch – T1/2020

N/A
N/A

Avril 15, 2020

Les bilans des fonds de pension des entreprises suisses se sont considérablement détériorés en raison de l’impact du COVID-19 sur les marchés au cours du premier trimestre 2020.

Lausanne, le 15 avril 2020 – Les bilans des fonds de pension des entreprises suisses se sont considérablement détériorés en raison de l’impact du COVID-19 sur les marchés au cours du premier trimestre 2020. L’effondrement de la valeur des actifs a fait chuter l’indice des régimes de retraite Willis Towers Watson en dessous de 100% pour la seconde fois seulement en trois ans. Le rendement négatif des actifs au premier trimestre a anéanti la majeure partie de l’excellente performance réalisée en 2019, mais l’augmentation des taux d’escompte a apporté un certain soulagement en aidant quelque peu à compenser le déclin du bilan. Dans l’ensemble, l’indice illustratif du degré de couverture (c.-à-d. le rapport entre actifs et engagements de prévoyance) a diminué de quelques 7%, comme le montre l’indice des régimes de retraite Willis Towers Watson, qui est passé de 105,2% au 31 décembre 2019 à 98,3% au 31 mars 2020.

L’indice des régimes de retraite du Swiss Pension Finance Watch de Willis Towers Watson est publié tous les trimestres sur la base de la norme comptable internationale 19 (IAS19). Il illustre l’évolution de la position générale de financement d’un trimestre à l’autre selon l’IAS19 plutôt que de donner le ratio de financement typique des régimes de retraite suisses.

La diminution des engagements de prévoyance atténue l’impact de l’effondrement de la valeur des actifs

Au cours du premier trimestre 2020, la plupart des entreprises ont pris conscience de l’état de leur bilan et de leurs perspectives de rentabilité, y compris de leurs engagements et charges de prévoyance. Suivant les excellentes performances réalisées en 2019, les régimes de retraite ont débuté l’année en force. Cependant, près de 75% de ces rendements ont été annihilés par l’effondrement du marché au cours du premier trimestre. Un impact trop douloureux sur les comptes des entreprises a été évité : les bilans des entreprises ont bénéficié d’un certain répit suite à la baisse simultanée des engagements suscitée par l’augmentation des rendements des obligations d’entreprise, dû à l’augmentation du risque de défaut des entreprises dans l’environnement économique imprévisible actuel.

«Comme nous l’avons tous réalisé au cours du mois dernier, nous faisons face à une crise mondiale sans précédent.»

Adam Casey,
Head of Corporate Retirement, Zurich

« Comme nous l’avons tous réalisé au cours du mois dernier, nous faisons face à une crise mondiale sans précédent » déclare Adam Casey, Head of Corporate Retirement Consulting chez Willis Towers Watson à Zurich. « Si l’aspect humanitaire de cette crise doit clairement être au centre des préoccupations, les entreprises auront aussi une multitude de défis financiers à surmonter dans un proche avenir, notamment celui de s’acquitter de leurs obligations de verser les cotisations d’employeurs à leur caisse de pension. Avec une récession désormais presque certaine en vue, elles se soucieront sans doute plus que jamais de leurs régimes de retraite. Nous nous attendons à ce que les entreprises montrent un intérêt accru pour la gestion active de leurs régimes de retraite, qu’il s’agisse de gérer leurs engagements ou de revoir leur plan de prévoyance et vehicule de pension pour s’assurer de leur efficacité à l’avenir. »

Turbulences sur le marché au cours de la seconde moitié du premier trimestre

Après les excellents résultats observés en 2019, le climat sur le marché était toujours au beau fixe début 2020, avec des indices restés en janvier à un niveau similaire à celui atteint à la fin du quatrième trimestre 2019. Ce n’est que la dernière semaine de février que les marchés ont commencé à réagir fortement aux événements mondiaux qui se dessinaient. Ils ont amorcé un repli début mars alors que l’Arabie Saoudite et la Russie entraient en conflit sur la production et les prix du pétrole et que la pandémie du COVID-19 surgissait, causant des dommages croissants. Les prix du pétrole, qui ont déjà chuté cette année, ont encore diminué pour atteindre un tiers de leur valeur de début 2020. Au moment où l’OMS annonçait une pandémie mondiale mi-mars, l’incertitude avait déjà étouffé l’optimisme du marché. Malgré l’action concertée des banques centrales qui introduisent de nouvelles mesures importantes pour soutenir les marchés, l’impact direct de la pandémie sur l’activité économique à travers le globe pousse les investisseurs à réduire les risques au profit d’actifs plus stables comme les obligations d’État. Même les obligations de sociétés de première catégorie ne semblent pas offrir une protection adéquate pour le défaut de paiement, tous les types d’organisation et d’industrie subissant des confinements ou des fermetures. Cela entraîne des augmentations dans les spreads de crédit et une baisse correspondante des prix pour les actifs risqués.

Quelle devrait être la réaction des régimes de retraite ?

Selon Jérôme Franconville, Head of Investment Consulting chez Willis Towers Watson à Lausanne, il existe une recommandation très claire pour les Conseils de fondation des fonds de pension dans ce contexte :

«Ne pas paniquer. Les fonds de pension ont le luxe de disposer d’un horizon d’investissement à long terme.»

Jerome Franconville,
Head of Investment Consulting, Lausanne.

« Ne pas paniquer. Les fonds de pension ont le luxe de disposer d’un horizon d’investissement à long terme. Leur allocation stratégique des actifs devrait donc se concentrer sur le long terme et être conçue pour surmonter les ralentissements économiques. ». Toutefois, avec la période de récession qui se profile désormais à l’horizon, il convient de revoir les hypothèses économiques et démographiques sous-jacents à la stratégie d’investissement existante, surtout en cas de changement important de la capacité de risque de la caisse. Il demeure plus important que jamais de diversifier largement les facteurs de rendement. « Plus immédiatement, les fondations autonomes devront évaluer leurs besoins de liquidités, ce qui, dans l’idéal, ne supposera pas de devoir vendre des actifs sous-évalués. De plus, à supposer que la structure et la capacité de risque de la fondation ne subissent aucun changement fondamental, nous recommandons généralement de ne pas toucher aux mécanismes de re-balancement existants, plutôt que de faire appel au timing du marché, » conseille-t-il. En revanche, ce changement des perspectives économiques présente aussi des opportunités d’investissement du fait que certains actifs atteignent de nouveaux niveaux de prix. « Ces opportunités devraient être explorées dans le cadre de la capacité de risque à long terme du fonds, » conclut Jérôme Franconville.

Willis Towers Watson Pension Index - Suisse
Willis Towers Watson Pension Index - Suisse

L’indice des régimes de retraite mesure l’évolution du rapport entre la fortune et les engagements de prévoyance (defined benefit) d’un régime de retraite type (indice de 100 % au 31.12.2006.)

Les événements mondiaux sans-précédent ont préparé la voie au choc qu’ont connu les marchés des actifs au début de l’année, de nombreux indices revenant à des niveaux enregistrés il y a plusieurs années. Le rendement de -10,4% pour le premier trimestre (illustré par l’indice Pictet LPP-40 plus 2005) a été difficile à accepter par les sociétés aux bilans significatifs. Les rendements des obligations d’entreprise ont augmenté de 25 points de base pour le second trimestre consécutif, diminuant les engagements de prévoyance de quelques 4,0% L’effet des rendements négatifs des actifs du premier trimestre, atténué en partie par la baisse des engagements de prévoyance, a fait chuter l’indice en dessous de 100% pour la seconde fois seulement en trois ans.

Informations de fond sur l’étude

Swiss Pension Finance Watch analyse tous les trois mois l’incidence du rendement des marchés des capitaux sur l’état financier des régimes de retraite en Suisse. Cette étude fait partie du Global Pension Finance Watch de Willis Towers Watson qui prend en considération les principaux marchés mondiaux de régimes de retraite depuis l’année 2000. Publiée trimestriellement, elle met l’accent sur les résultats liant les actifs aux engagements. Cette publication couvre les régimes de retraite au Brésil, au Canada, dans la zone euro, au Japon, en Suisse, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

L’impact des marchés des capitaux sur ces régimes de retraite est de deux ordres :

  • rendement des investissements sur les actifs du régime
  • modification des hypothèses économiques relatives aux engagements du régime (tels que mesurés par les normes comptables internationales)

Le modèle de Willis Towers Watson définit un régime de retraite de référence représentatif des engagements de retraite et des actifs du régime (y compris la composition du portefeuille d’actifs) tels qu’on les trouve habituellement sur chaque marché mondial. Les incidences des fluctuations du marché des capitaux sur les actifs et les engagements sont combinés de sorte à obtenir un indice des régimes de retraite reflétant l’évolution du niveau de financement du régime de référence.

Contact Us
Related content tags, list of links Communiqué de presse

Related Solutions