Communiqués de presse

Les problèmes de santé mentale au travail posent des défis considérables aux organisations canadiennes

Selon les résultats d’un sondage de Willis Towers Watson, la gestion des absences et des invalidités liées à la santé mentale constitue une priorité

17 octobre 2017
| Canada

MONTRÉAL (Québec), le 17 octobre 2017 — Le sondage de Willis Towers Watson sur la santé mentale révèle que, pour la majorité des répondants, les problèmes de santé mentale comportent des coûts considérables, notamment sur le plan des congés d’invalidité à court et à moyen termes, de l’absentéisme et des pertes de productivité, de même que des médicaments et des services-conseils en psychologie. Soucieux d’endiguer ces coûts, les répondants ont presque tous indiqué que l’amélioration de la santé mentale de leur main-d’œuvre constituait pour eux une priorité.

« Dans le but d’offrir aux employés du soutien en matière de santé mentale et d’atténuer les coûts organisationnels, les employeurs concentrent leurs efforts sur la sensibilisation de leurs employés aux problèmes de santé mentale, sur une meilleure communication des modalités d’accès aux programmes axés sur la santé mentale et sur l’intégration des initiatives dans un programme plus vaste de santé et de mieux-être qui englobe le bien-être financier », dit Emmanuelle Gaudette, conseillère principale, Gestion de la santé chez Willis Towers Watson. « Il est réjouissant de voir que les employeurs en font davantage pour sensibiliser et informer leur personnel, mais ce n’est pas encore suffisant. Pour des résultats optimaux, il faut mettre en place une stratégie de santé mentale prévoyant des moyens de déceler et de soutenir les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou à risque. »

Selon les résultats du sondage, les activités mises en place par les employeurs pour favoriser la santé mentale, lorsqu’elles existent, sont principalement axées sur la gestion du stress, la formation relative à la santé mentale et l’aide au bien-être financier. Un répondant sur trois (36 %) offre déjà un programme de gestion du stress ou un programme axé sur la résilience, et un répondant sur deux dit qu’il compte le faire d’ici trois ans. Plus de 40 % des répondants offrent aussi du soutien et de l’encadrement visant à favoriser le bien-être financier.

Selon le sondage, plus de la moitié des répondants ont également pris des mesures en vue d’intégrer au sein d’un même programme les divers éléments touchant la santé et le mieux-être. Il demeure toutefois difficile de trouver des solutions aux problèmes d’absentéisme et d’invalidité liés à la santé mentale et de maîtriser les coûts qui en découlent. La plus grande partie des répondants (76 %) n’ont pas l’impression que leurs programmes les aident à maîtriser les coûts liés à l’absentéisme et à l’invalidité et 81 % d’entre eux ne croient pas que leurs employés utilisent leurs programmes de santé mentale de manière optimale.

« Malgré les progrès réalisés en matière de sensibilisation des employés aux questions de santé mentale et la mise en place de programmes de gestion du stress ou des programmes axés sur la résilience, il reste beaucoup de travail à faire pour maîtriser les coûts liés à l’absentéisme », dit Julia Graham, conseillère principale et chef du secteur Gestion des absences et des invalidités au Canada, chez Willis Towers Watson. « Notre sondage démontre que les employeurs ne disposent pas encore d’un modèle de gestion des dossiers de santé mentale pour le traitement des absences occasionnelles et des invalidités. »

Wendy Poirier, chef de la croissance du secteur Santé et assurance collective, Willis Towers Watson, Canada, observe ce qui suit : « Il y a lieu de s’étonner des lacunes qui existent dans les stratégies des employeurs et qui les empêchent d’atténuer certaines des répercussions les plus graves des problèmes de santé mentale. Les coûts liés aux absences et à l’invalidité et la perte de productivité découlant du présentéisme dépassent de loin les coûts liés aux médicaments et aux services paramédicaux. Pour bien gérer les coûts liés aux problèmes de santé mentale, les organisations doivent commencer à se doter d’une stratégie plus vaste qui leur permettra entre autres d’instaurer une culture axée sur la santé et le mieux-être et sensible aux besoins variés des employés et des membres de leur famille. »

Le sondage

Le Sondage éclair de 2017 sur la santé mentale a permis de recueillir le point de vue d’employeurs canadiens sur la santé mentale et de prendre connaissance des moyens que ces derniers prendront pour accorder la priorité, au cours des trois prochaines années, à la conception de stratégies et de régimes d’avantages sociaux. Les 152 répondants représentaient les principaux secteurs d’activité et les principales régions du Canada.

À propos de Willis Towers Watson

Willis Towers Watson (NASDAQ : WLTW) est une société mondiale de premier plan en services-conseils, en courtage et en solutions qui aide ses clients partout dans le monde à transformer le risque en parcours de croissance. Nos racines remontent à 1828, et Willis Towers Watson compte 40 000 employés dans plus de 140 pays. Nous concevons et réalisons des solutions qui permettent de gérer le risque, d’optimiser les avantages sociaux, de cultiver les talents et d’augmenter la capacité des capitaux afin de protéger les organisations et les personnes, et de les rendre plus solides. Notre vision unique nous permet de reconnaître ce qui se trouve aux carrefours stratégiques entre les talents, les actifs et les idées, la formule dynamique qui favorise les résultats d’entreprise. Ensemble, réalisons votre potentiel. Consultez notre site à l’adresse willistowerswatson.com.

Relations avec les medias


Solution connexe


English