Communiqués de presse

Les employés canadiens toucheront de nouveau des augmentations de salaire de 2,8 % en 2018, selon un sondage mené par Willis Towers Watson

Les employés au rendement « exceptionnel » obtiennent des augmentations beaucoup plus élevées

29 août 2017
| Canada

MONTRÉAL (QC), le 29 août 2017 — Les employés canadiens qui souhaitent obtenir des augmentations plus importantes l’an prochain devront encore faire preuve de patience. Un nouveau sondage mené par Willis Towers Watson (NASDAQ : WLTW), une société mondiale de premier plan en services-conseils, en courtage et en solutions, révèle que les employeurs canadiens envisagent de maintenir la barre des augmentations en 2018. Le sondage mené auprès de 312 entreprises a aussi révélé que les employeurs continuent de récompenser leurs employés au rendement supérieur en leur accordant des augmentations sensiblement plus élevées afin de fidéliser ces employés et de réaffirmer leur engagement à offrir une rémunération fondée sur le rendement.

Le sondage, mené par Willis Towers Watson Data Services, a permis de constater qu’environ 94 % des répondants anticipent une hausse des salaires de base pour une partie ou la totalité des groupes d’employés en 2018, ce qui constitue une augmentation comparativement à 90 % des répondants en 2016. Les groupes d’employés non cadres peuvent s’attendre à une hausse de leur salaire de base légèrement plus élevée l’an prochain, par rapport à celles accordées ou budgétisées cette année, soit de 2,8 % (comparativement à 2,7 % en 2017). Les employeurs anticipent également des augmentations salariales moyennes de 2,8 % pour les cadres supérieurs, comparativement à 2,9 % en 2017.

Bien que les augmentations soient modestes, le sondage a révélé que parmi les entreprises n’ayant accordé aucune hausse salariale en 2016, seulement 11 % d’entre elles prévoient maintenir un gel salarial en 2018. En fait, seulement 6 % des répondants de l’échantillon prévoient n’accorder aucune augmentation de salaire en 2018.

La moyenne nationale varie toutefois selon les secteurs, le plus grand écart étant observé dans le secteur de l’énergie. L’augmentation moyenne prévue pour tous les groupes d’employés dans le secteur de l’énergie est de 2,1 %, en hausse par rapport à 1,9 % en 2017. Quoiqu’en deçà de la moyenne nationale, le secteur de l’énergie montre des signes encourageants, puisque moins d’entreprises prévoient des gels de salaires en 2018. Il s’agit d’une amélioration notable par rapport aux résultats de 2016 où les deux tiers des participants au sondage du secteur de l’énergie ont maintenu un gel salarial.

« La plupart des entreprises subissent moins de pression pour augmenter sensiblement leurs enveloppes salariales à court terme, affirme Lucille Raikes, conseillère principale, Rétribution, chez Willis Towers Watson. Les entreprises misent plutôt sur la rémunération variable, tels les régimes d’intéressement annuels et les primes discrétionnaires, pour reconnaître et rétribuer les employés au rendement exceptionnel. D’un autre côté, elles accordent des augmentations salariales sensiblement plus élevées aux employés les plus performants, et des augmentations minimales, s’il en est, aux moins performants. »

En outre, selon le sondage, l’augmentation salariale moyenne accordée aux professionnels et aux gestionnaires de relations-clients (ventes et autres) dont la cote de rendement est la plus élevée possible est de 4,6 % cette année, environ 92 % plus élevée que l’augmentation de 2,4 % accordée aux employés dont la cote de rendement est moyenne. Les entreprises ont accordé des augmentations moyennes de 0,8 % aux employés dont la cote de rendement se situe sous la moyenne.

Le sondage a aussi révélé que les primes de rendement annuelles, généralement liées aux objectifs de rendement de l’entreprise et de l’employé, devraient être maintenues ou légèrement augmentées en 2018 pour la plupart des groupes d’employés. Il est attendu que les professionnels et les gestionnaires de relations-clients (ventes et autres) recevront des primes moyennes d’environ 11,8 % de leur salaire, sensiblement ce que les entreprises avaient budgétisé pour cette année.

« Les employeurs revoient leur manière de gérer des enveloppes salariales limitées. Certains prennent leurs distances par rapport à la différentiation des augmentations selon le rendement de l’employé de l’année précédente, tandis que d’autres cherchent à rétribuer leurs employés selon l’acquisition de compétences. Bien que les entreprises prévoient des hausses de l’ordre de 2,8 %, la manière et le moment où ils les versent varient considérablement », déclare Sandra McLellan, chef de secteur, Rétribution, Amérique du Nord chez Willis Towers Watson.

À propos du sondage

Le Sondage sur les prévisions salariales de Willis Towers Watson Data Services a été mené d’avril à juillet 2017 auprès de 312 organisations canadiennes d’une gamme représentative de secteurs d’activité. Ce rapport fournit des données sur les pourcentages d’augmentations salariales réelles de l’année dernière et de l’année courante ainsi que sur les augmentations projetées pour la prochaine année.

À propos de Willis Towers Watson

Willis Towers Watson (NASDAQ : WLTW) est une société mondiale de premier plan en services-conseils, en courtage et en solutions qui aide ses clients partout dans le monde à transformer le risque en parcours de croissance. Nos racines remontent à 1828, et Willis Towers Watson compte 40 000 employés dans plus de 140 pays. Nous concevons et réalisons des solutions qui permettent de gérer le risque, d’optimiser les avantages sociaux, de cultiver les talents et d’augmenter la capacité des capitaux afin de protéger les organisations et les personnes, et de les rendre plus solides. Notre vision unique nous permet de reconnaître ce qui se trouve aux carrefours stratégiques entre les talents, les actifs et les idées, la formule dynamique qui favorise les résultats d’entreprise. Ensemble, réalisons votre potentiel. Consultez notre site à l’adresse willistowerswatson.com.

Relations avec les medias


Solution connexe


English