Communiqués de presse

Quatre-vingt-cinq pour cent des employeurs canadiens indiquent que le stress est l’enjeu principal de la main-d’œuvre

Le décalage entre le point de vue des employeurs et des employés à l’égard des causes de stress pourrait nuire aux efforts pour surmonter le problème

29 juin 2016
| Canada

MONTRÉAL, le 29 juin 2016 — Une majorité d’employeurs canadiens (85 %) classent le stress comme étant leur préoccupation principale en matière de santé et productivité, mais les employeurs et les employés ne s’entendent pas sur les causes de stress, selon les sondages menés par Willis Towers Watson (NASDAQ : WLTW). Les employeurs et les employés avaient deux facteurs en commun dans leurs trois premiers choix : le personnel inadéquat, que les employés ont placé au premier rang, et les employeurs, au troisième rang; et le fait qu’il y ait trop de changements organisationnels, que les employés ont classé au troisième rang, et les employeurs, au deuxième rang. Les opinions étaient divergentes sur les autres aspects, et de manière importante dans certains cas.

Ces conclusions sont fondées sur les réponses de 111 employeurs au Canada dans le cadre du sondage mondial Au travail! 2015-2016 de Willis Towers Watson, et sur celles de plus de 2 000 employés au Canada dans le cadre du sondage mondial 2015-2016 de Willis Towers Watson sur les attitudes à l’égard des avantages sociaux.

Les résultats des sondages révèlent également que les opinions des employeurs à l’égard des principales sources de stress en milieu de travail ont eu tendance à tomber dans deux catégories, soit celle des grands enjeux organisationnels tels que le changement, et celle des technologies omniprésentes, qui font en sorte que les employés sentent qu’ils sont toujours au travail. Par opposition, les employés ont mentionné plus expressément des éléments précis de leur expérience de travail personnelle comme sources de stress principales. Par exemple, les employés ont mentionné un salaire peu élevé comme deuxième principal facteur de stress, alors que les employeurs ont classé le salaire peu élevé au 12e rang sur un total de 14 sources possibles. Les employés ont aussi classé la culture d’entreprise – y compris le manque d’esprit d’équipe, et la tendance à éviter les responsabilités et à attribuer le blâme à d’autres – comme étant la quatrième cause de stress, alors que les employeurs l’ont classé au 10e rang. À l’inverse, les employeurs ont mentionné que l’équilibre travail-vie personnelle insuffisant était la source de stress la plus importante pour les travailleurs, alors que les employés l’ont classé au huitième rang.

« Pour faire face à l’enjeu du stress en milieu de travail, les employeurs doivent d’abord déterminer les causes profondes du point de vue des employés » a indiqué Emmanuelle Gaudette, conseillère principale, groupe canadien de gestion des absences, de l’invalidité et de la santé chez Willis Towers Watson. « Si les stratégies du milieu de travail sont fondées sur des hypothèses incorrectes, les employeurs courent le risque de dépenser des sommes pour des initiatives qui ne régleront pas le problème, et ils pourraient s’aliéner les employés en cours de processus. Les employeurs devraient d’abord s’efforcer de bien comprendre le point de vue des employés quant à la cause du stress en milieu de travail, et chercher à obtenir des renseignements sur la façon dont ils peuvent les aider. »

« Notre recherche démontre que le stress peut être causé à la fois par des enjeux liés au milieu de travail et par des enjeux personnels », a ajouté Madame Gaudette. « Pour ce qui concerne le milieu de travail, les employeurs trouvent généralement que la plupart des facteurs de stress peuvent être traitées par la direction locale, par exemple, en répondant aux enjeux liés au niveau de personnel, en définissant clairement les rôles et les attentes, et en s’assurant que les rôles de direction sont occupés par les bonnes personnes. »

Les employeurs et les employés ne sont pas du même avis quant aux principales causes de stress

Causes principales du stress au travail

« Même avec des améliorations apportées en milieu de travail afin de favoriser la santé et productivité, les exigences courantes du travail et de la vie personnelle peuvent encore causer un certain niveau de stress pour certains employés », a commenté Wendy Poirier, chef du secteur Santé et assurance collective chez Willis Towers Watson au Canada. « Les employeurs peuvent apporter leur soutien en offrant des outils d’aide tels qu’une solution personnalisée aux enjeux de santé mentale qui permet aux employés d’accéder à des renseignements et à des ressources qui contribueront à leur permettre d’acquérir les habiletés nécessaires pour devenir plus résilients et réduire les effets défavorables du stress. »

Autres conclusions appréciables tirées des sondages :

  • Alors que la plupart des employés souhaitent réduire leur niveau de stress et améliorer leur santé, plus de la moitié ont indiqué qu’ils ne souhaitaient pas que leur employeur ait accès aux renseignements personnels sur leur santé.
  • Plus du tiers des employés ont indiqué ne pas avoir confiance en leur employeur lorsqu’il s’agit de leur santé et leur bien-être.
  • Les employés ont tendance à favoriser deux façons de composer avec le stress : 1) ils cherchent le soutien de leurs amis, de leur famille, de leurs collègues de travail, ou 2) ils s’adonnent à de l’activité physique, par exemple, ils font de l’exercice; ils pratiquent des techniques de réduction du stress; ou ils s’adonnent à des activités sédentaires comme se gâter en consommant des aliments réconfortants ou regarder la télévision.
  • Moins du tiers des employés obtiennent l’aide d’un professionnel externe ou font appel à de tels services fournis par leur employeur.

À propos du sondage

Le sondage Au travail! 2015-2016 de Willis Towers Watson a été mené entre mai et juillet 2015 en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe, au Moyen-Orient et en Asie auprès de 1 669 employeurs. Le sondage recueille des détails sur la stratégie et les programmes de santé et de bien-être de chaque organisation dans son marché local. De plus, 42 multinationales ont participé à un sondage complémentaire recueillant le point de vue de sièges sociaux mondiaux. En tout, les données comprennent des réponses provenant de 34 pays / marchés. Les pays ayant fourni le plus grand nombre de réponses sont les suivants : États-Unis – 487; Mexique – 118; Canada – 111; Philippines – 91; Indonésie – 66; et Chine – 65. Soixante-treize pour cent des répondants exercent leurs activités dans plusieurs pays, et les répondants représentent tous les principaux secteurs d’activité.

Le sondage mondial 2015-2016 de Willis Towers Watson sur les attitudes à l’égard des avantages sociaux examine les attitudes des employés à l’égard de leurs prestations de soins de santé et de retraite. Le sondage a été mené dans 19 pays entre juin et septembre 2015, et 30 000 employés y ont participé, dont plus de 2 000 travailleurs au Canada, dans tous les niveaux de postes et tous les principaux secteurs d’activité. La marge d'erreur de l’échantillon global est de +/- 1,3 %.

À propos de Willis Towers Watson

Willis Towers Watson (NASDAQ : WLTW) est une société mondiale de premier plan en services-conseils, en courtage et en solutions qui aide ses clients partout dans le monde à transformer le risque en parcours de croissance. Nos racines remontent à 1828, et Willis Towers Watson compte 39 000 employés dans plus de 120 pays. Nous concevons et réalisons des solutions qui permettent de gérer le risque, d’optimiser les avantages sociaux, de cultiver les talents et d’augmenter la capacité des capitaux afin de protéger et organisations et les personnes et de les rendre plus solides. Notre vision unique nous permet de reconnaître ce qui se trouve aux carrefours stratégiques entre les talents, les actifs et les idées, la formule dynamique qui favorise les résultats d’entreprise. Ensemble, réalisons votre potentiel. Consultez notre site à l’adresse willistowerswatson.com.

Relations avec les médias


Solutions connexes


English