Recherches

Gouvernance des régimes de retraite : Évolution des risques, de la structure et des stratégies

Sondage 2016 de Willis Towers Watson sur la gouvernance en matière de retraite au Canada

9 décembre 2016
| Canada

Trois grandes tendances ressortent des résultats du sondage :

La suffisance des prestations à la retraite et le bien-être financier sont des préoccupations grandissantes pour les employeurs.
Les répondants de régimes CD en particulier sont de plus en plus préoccupés à l’égard de la capacité des travailleurs à prendre leur retraite au moment opportun. En fait, compte tenu des répercussions sur l’entreprise d’une main-d’œuvre stagnante, de coûts de main-d’œuvre potentiellement plus élevés et d’une productivité réduite : 20 % des participants au sondage considèrent l’état de préparation à la retraite comme un risque actuel, et 33 % le considèrent comme un risqué d’ici deux ans. En général, les résultats de notre sondage indiquent qu’au cours des deux prochaines années, l’attention changera graduellement pour être axée sur la suffisance des prestations et l’état de préparation à la retraite. Les coûts seront encore une priorité mais dans une moins grande mesure au cours de cette période.

Un plus grand nombre d’employeurs font appel à des tiers pour les activités liées aux placements.
Une grande majorité d’employeurs font appel à des conseillers externes relativement aux décisions liées aux placements de leurs régimes PD et CD. Pour les répondants de régimes CD, la principale raison d’impartir une partie ou la totalité de leurs activités liées aux placements est l’accroissement de la gouvernance, alors que pour les répondants de régimes PD, une meilleure gestion des risques est la principale raison de le faire. D’autres raisons de recourir à l’impartition mentionnées par un nombre important de participants au sondage sont notamment d’accorder plus de temps au comité pour s’occuper des décisions stratégiques, et la capacité de mettre en œuvre un éventail plus large de stratégies de placement.

Les préoccupations liées aux exigences réglementaires sont répandues.
Les répondants de régimes continuent à mentionner les préoccupations liées aux exigences réglementaires comme risque clé. Toutefois, les organisations qui n’ont pas fait l’objet d’un examen ou d’un audit sont moins assidues quant au passage en revue de la conformité, puisque seulement 43 % des participants au sondage se sont prêtés à cet exercice, comparativement à 79 % des organisations qui ont fait l’objet d’un audit.

Dans l’ensemble, les résultats du sondage soulignent les pratiques de gouvernance essentielles à la gestion des risques et à l’atteinte de résultats positifs qui offrent une valeur aussi bien aux participants aux régimes qu’aux employeurs.