Skip to main content
Article

Regroupement d’Aon et de Willis Towers Watson – Guider les clients dans un monde toujours plus complexe

Risk & Analytics|Cyber Risk Management|Future of Work|Talent|Total Rewards
N/A

Par Greg Case et John Haley | 5 novembre 2020

Fruit d’un regroupement qui n’arrive qu’une fois par génération, la nouvelle société Aon aidera les clients à relever les défis de l’heure et s’attaquera aux problèmes les plus complexes de notre époque.

Les clients veulent déjà que ça change. Et bientôt, ils l’exigeront.

Rapport d’EY | Nextwave Insurance*

Notre monde est plus instable que jamais, que ce soit sur le plan économique, démographique ou géopolitique. Nous sommes aussi plus dépendants les uns des autres. Si cette dynamique recèle des occasions uniques, elle entraîne aussi de vives incertitudes et de nombreux risques, lesquels sont de plus en plus interreliés et aigus.

Aon et Willis Towers Watson partagent le même engagement : aider les clients à relever des défis interreliés en mutation rapide et qui gagnent en complexité. Nos deux sociétés ont fait avancer les choses, chacune à sa façon. Nous avons développé des solutions, des compétences et des expertises complémentaires. Mais il nous reste beaucoup à faire.

L’innovation n’arrive toujours pas à suivre le rythme des besoins changeants des clients, créant ainsi une lacune troublante qu’Aon et Willis Towers Watson n’auraient pas pu combler chacune de leur côté. Nous nous sommes rendu compte que pour servir de façon optimale les clients de tous les secteurs d’activité et de toutes les régions, il nous fallait aller au-delà de nos organisations et de nos propres capacités.

Le regroupement d’Aon et de Willis Towers Watson est un jalon décisif qui permettra à nos collègues d’établir une nouvelle norme en matière de leadership et d’innovation.

Les avantages du regroupement se détaillent comme suit :

  • Compréhension inégalée des clients — sous forme de services-conseils améliorés et d’une expertise optimisée à l’échelle des segments et des régions géographiques.
  • Capacités d’analyse de pointe — grâce à des technologies complémentaires et à des outils décisionnels améliorés travaillant en synergie.
  • Résultats supérieurs — en donnant un coup d’accélérateur à l’innovation pour élargir l’accès à de nouvelles sources de capital et créer des structures inédites offrant plus de choix aux clients.

Les courtiers en assurance et les fournisseurs d’avantages sociaux traditionnels ont tendance à avoir une conception des relations avec les clients qui se fonde sur une structure cloisonnée en fonction des produits, et à mettre l’accent sur le placement des risques. De leur côté, les cabinets de services professionnels fournissent certes des conseils, mais n’ont pas de solutions de capital ou autres à proposer pour faciliter l’atteinte des résultats attendus. Enfin, les grands fournisseurs technologiques compilent des données et cernent les tendances, sans pour autant traduire ces connaissances en solutions pour les clients. Le résultat? Les clients ont des besoins insatisfaits. Leur incapacité à optimiser la valeur de leur capital humain et leur exposition aux risques monte en flèche. En effet, selon le sondage 2019 sur la gestion des risques mondiaux* d’Aon, la moitié (cinq sur dix) des risques majeurs auxquels les clients d’Aon sont exposés demeurent non assurables.

Le regroupement d’Aon et de Willis Towers Watson répondra à ces besoins insatisfaits. Ensemble, nous deviendrons le précieux partenaire de nos clients dans un monde toujours plus complexe. Pour améliorer et accélérer notre capacité d’innovation, nous prendrons appui sur la mise en commun de nos connaissances du marché, nos capacités d’analyse poussées et nos talents de calibre mondial qui auront l’occasion d’atteindre de nouveaux niveaux d’excellence. Cela se traduira par de nouvelles sources de valeur pour nos clients afin qu’ils puissent surmonter des problèmes jusqu’ici insolubles (qui sont aussi ceux de notre secteur), que ce soit des risques à développement lent sous-assurés ou l’enjeu de la résilience de la main-d’œuvre.

Le coronavirus n’est pas seulement une crise sanitaire d’une ampleur sans précédent : la pandémie menace aussi à court terme la structure de l’ordre économique mondial.

McKinsey*

Même si notre regroupement n’a pas été conçu dans la perspective de la COVID-19, les événements de 2020 sont des exemples éloquents d’enjeux transformateurs causés par les risques à développement lent auxquels notre nouvelle organisation, idéalement positionnée, pourra s’attaquer. Ces risques, autrefois rares, sont désormais courants. Ils peuvent survenir à tout moment et leurs conséquences s’aggravent avec le temps.

Aujourd’hui, les clients s’inquiètent avec raison des répercussions socioéconomiques de la pandémie, mais ils sont de plus en plus sensibles à d’autres enjeux, que ce soit les changements climatiques, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, la transformation des méthodes et des lieux de travail ou les inégalités croissantes sur le plan de la santé et de la richesse, pour n’en nommer que quelques-uns. Les clients comprennent aussi mieux le lien entre ces enjeux et d’autres problèmes existants. C’est ce qui explique la réorientation en profondeur des priorités des clients à l’échelle mondiale.

Nous reconnaissons la nécessité d’évoluer plus vite et de renforcer notre capacité à outiller nos clients pour qu’ils puissent relever ces nouveaux défis et gérer les contraintes auxquelles ils doivent faire face.

Dès le premier jour, le regroupement d’Aon et de Willis Towers Watson nous permettra de consolider nos données, nos analyses et nos outils technologiques pour créer des modèles prédictifs plus puissants, de nature prospective et non seulement rétrospective, et concevoir des solutions à une cadence jusqu’ici impossible. Notre regroupement aura par exemple une incidence concrète et significative, à la fois immédiatement et à long terme, sur quatre catégories initiales de besoins :

  1. S’adapter à de nouvelles formes de volatilité
  2. Renforcer la résilience de la main-d’œuvre
  3. Repenser l’accès au capital
  4. Combler les besoins non satisfaits

Ces catégories s’attaquent non seulement aux problèmes liés à la progression des risques à développement lent, mais ciblent aussi les occasions à saisir dans cet environnement complexe. Elles représentent les difficultés courantes fondamentales que vivent nos clients, au moment même où il manque des solutions adaptées à leurs besoins urgents en raison du fossé de l’innovation.

  1. 01

    S’adapter à de nouvelles formes de volatilité

    Nous vivons dans un monde interconnecté dominé par la technologie sur lequel planent des risques conventionnels et émergents comme les changements climatiques, les pandémies, les cybermenaces et les inégalités croissantes sur le plan de la santé et de la richesse. Cette instabilité accrue met à l’épreuve tous les volets de la société et de l’économie mondiale. C’est pourquoi il est indispensable d’aller au-delà de la gestion traditionnelle des risques pour inclure certains risques à développement lent de plus en plus courants, mais pour lesquels il n’existe aucune solution globale d’atténuation des risques, d’intervention en cas d’incident ou d’indemnisation des pertes.

    Notre nouvelle société aidera les entreprises à prévenir, à gérer et à surmonter les risques d’une façon qui était impossible jusqu’ici. Pour modéliser la gravité et évaluer les probabilités, il faut prendre appui sur un vaste historique de demandes de règlement, qui n’existe généralement pas pour les risques émergents. Nos solutions exploiteront des outils analytiques de pointe pour gérer les risques à développement lent et les risques extrêmes, comme les ouragans de catégorie 5, qui sont peu probables, mais dont les conséquences sont graves.

    Dans notre monde si complexe, il ne suffit plus d’analyser l’expérience passée pour prévoir la volatilité future. Les modèles prédictifs doivent prendre appui sur des données, des analyses et des algorithmes prospectifs pour prévoir avec davantage de précision l’émergence de risques à développement lent. Ensemble, nous comblerons ce vide pour que les clients comprennent mieux la nature et le contexte des risques graves en émergence. À terme, ces renseignements utiles sur la fréquence et la gravité de ces risques contribueront à réduire leurs coûts. Nous aiderons donc les entreprises à créer de la valeur et à protéger cette valeur dans un contexte toujours plus complexe.

    Pensons par exemple au cyberrisque. Les recherches menées par Pentland Analytics ont démontré que parmi les entreprises ayant subi l’un des 36 cyberévénements importants des cinq dernières années, celles qui avaient en place un plan ciblé exhaustif ont généré des rendements aux actionnaires de 40 % supérieurs après l’événement.

    La cybersécurité n’a rien de linéaire, surtout quand on pense que chaque organisation a des défis qui lui sont propres. Bien qu’il soit impossible de réduire le cyberrisque à zéro, les organisations peuvent gagner en résilience en adoptant une approche globale tenant compte de leur état de préparation, de l’évaluation et de la quantification des risques, et des solutions de capital.

    Aon a investi des ressources considérables pour développer une expertise technique unique en intervention en cas d’incident et en criminalistique numérique, pour renforcer la proposition de valeur en matière de cybersécurité. La mise en commun des compétences, de l’expérience et des services analytiques d’Aon, et de la capacité existante de transfert du cyberrisque de Willis Towers Watson fera progresser les connaissances sur la gravité et la fréquence. Nos interventions en cas d’incident seront ainsi simplifiées et nous pourrons plus rapidement mettre en place une norme qui renforcera la confiance des marchés envers la souscription de ce risque émergent.

    Les changements climatiques sont un autre exemple. Selon le rapport Cambridge Global Risk Index 2020, les changements climatiques affectent encore nettement le placement de risques liés aux catastrophes naturelles, tandis que « les risques environnementaux représentent la principale menace à l’économie mondiale. » (traduction libre) Le rapport indique également qu’à part au Japon et en Irak, le risque de catastrophe naturelle vient au premier rang des menaces qui pèsent sur les grandes villes d’Asie.

    Notre société issue du regroupement pourrait jouer un rôle clé dans la transition climatique qui s’opérera simultanément dans plusieurs régions et secteurs au cours de la prochaine décennie. L’expertise en modélisation des risques de catastrophes d’Aon jumelée aux plateformes de modélisation des risques climatiques de Willis Towers Watson générera des analyses fondamentales conformes aux exigences du marché. Ces capacités de modélisation combinées, qui montrent aussi l’incidence des conditions météorologiques extrêmes sur les êtres humains, pourraient être intégrées au coffre à outils de Willis Towers Watson afin d’aider les organisations à prendre des décisions éclairées quant à l’emplacement de leur main-d’œuvre.

    Les outils de gestion du risque de réassurance et du capital de Willis Towers Watson se grefferont aux capacités d’Aon pour répondre aux besoins émergents des banques et des gestionnaires d’actifs. La position d’Aon sur les marchés financiers viendra soutenir l’investissement de Willis Towers Watson dans des solutions répondant à des besoins liés à la résistance des infrastructures et à la sécurité alimentaire, par exemple.

    Dans chacun des cas, une démarche globale basée sur une solution exhaustive permettra à nos clients de gérer toute la portée d’une catégorie de risques négligée par le passé. Ce modèle facilitera la création de solutions d’atténuation d’autres risques émergents et à développement lent, par exemple l’interruption des activités sans lien avec des dommages (fermetures forcées, perturbations de la chaîne d’approvisionnement, rénovations imposées par les autorités de santé publique, etc.). En raison de la COVID-19, ces risques considérés rares jusqu’à récemment menacent maintenant des millions d’entreprises à l’échelle mondiale.

  2. 02

    Renforcer la résilience de la main-d’œuvre

    Au cours de la dernière décennie, les habitudes et les méthodes de travail ont subi une profonde transformation. En raison de la montée de l’automatisation, de l’intelligence artificielle et des nouvelles modalités de travail, les entreprises n’ont eu d’autre choix que de repenser leurs stratégies de gestion des talents. La pandémie a récemment accéléré la mise en place de nouveaux lieux de travail : au bureau, à distance, ou une combinaison des deux. À l’avenir, la grande priorité sera de trouver le juste équilibre entre les interactions humaines et celles fondées sur la technologie, et entre les différentes catégories de main-d’œuvre (employés à temps plein ou à temps partiel, sous-traitants, etc.). Et pour attirer et fidéliser les meilleurs talents, les entreprises devront faire preuve de souplesse et offrir des solutions adaptées à l’emplacement de leurs employés et à leurs conditions.

    Notre société issue du regroupement offrira de meilleurs choix aux employeurs et aux travailleurs pour qu’ils puissent créer une main-d’œuvre plus résiliente, en comblant le vaste écart entre la rémunération et les avantages sociaux traditionnels et la nature changeante du travail. Ils auront aussi la latitude nécessaire pour embaucher, fidéliser et récompenser les employés au moyen de solutions propices à leur croissance, à leur perfectionnement et au soutien de leur bien-être général.

    Forte d’une rapidité d’exécution et de capacités qui étaient hors de notre portée avant le regroupement, notre nouvelle société proposera aux employeurs de toutes les tailles, de toutes les régions et de tous les secteurs des options pour mieux répondre aux besoins en matière de carrière, de finances et de santé d’un éventail élargi d’employés. Les employeurs pourront ainsi repenser leur façon de cultiver les talents pour que les employés et l’organisation concrétisent ensemble leurs ambitions collectives.

    La main-d’œuvre mondiale est de plus en plus composée de propriétaires uniques, d’entrepreneurs indépendants et de travailleurs non traditionnels ou « à la demande ». En effet, selon les recherches du Government Accountability Office* des États-Unis, ces catégories de travailleurs représentent près de 40 % de la main-d’œuvre américaine*. En délaissant un modèle rigide et dépassé qui limite les soins de santé et les prestations de retraite spécifiquement à certains types d’emploi et de modalités de travail, nous répondrons mieux aux besoins des particuliers et des familles dans un marché mondial en pleine évolution.

    Willis Towers Watson a déjà élargi son offre par l’entremise de Tranzact*, un marché des soins de santé destiné aux particuliers. De son côté, Aon propose des solutions améliorées aux employeurs, par exemple un programme de retraite en gestion commune*, afin que les employeurs de moyenne taille puissent bénéficier eux aussi d’options de placement de qualité supérieure.

    Si certains employeurs sont en mesure d’offrir des programmes d’avantages sociaux adaptés aux besoins des employés et des options de santé, de retraite et de besoins personnels de grande qualité, rares sont ceux qui ont les ressources pour le faire. La grande majorité des gens n’ont donc pas accès à ces possibilités. Ce déséquilibre peut et doit être corrigé. En utilisant ces outils comme point de départ, nous voulons créer un écosystème riche et diversifié offrant une plus grande souplesse et de meilleurs choix aux employeurs et employés du monde entier.

    De plus, nous allons exploiter nos données de pointe et nos capacités d’analyse pour aider les employés à faire des choix éclairés selon l’évolution de leur situation personnelle et les différentes étapes de la vie. Nous mettrons en commun nos expertises en santé et en capital humain pour générer de la valeur et favoriser le bien-être, afin que les employés, les entreprises et les collectivités soient mieux protégés et gagnent en résilience, en une époque marquée par d’importants risques et une transition sociale et économique.

  3. 03

    Repenser l’accès au capital

    La gestion du risque consiste à faire concorder le risque et le capital. Ce processus emprunte plusieurs canaux qui sont inscrits ou non au bilan des organisations. L’une des priorités de notre société issue du regroupement sera de reconnaître et de renforcer la nature multidimensionnelle du capital pour élargir l’accès, libérer de la valeur et offrir des moyens de protection inédits.

    Les entreprises disposent d’un énorme potentiel inexploité qui représente un de leurs actifs les plus précieux et duquel ils peuvent tirer du capital : leur propriété intellectuelle (PI). Par le passé, les clients n’avaient ni les outils ni les mécanismes financiers nécessaires pour gérer cette catégorie d’actifs incorporels (secrets commerciaux, brevets, droits d’auteur, etc.) de la même manière que les actifs corporels (bâtiments, mobilier, etc.). Or, ces actifs incorporels représentent désormais une part disproportionnée de l’activité économique et de la création de valeur.

    Alors que nous continuons de perfectionner nos techniques d’évaluation de la PI, Aon et Willis Towers Watson disposent déjà des outils, de la technologie et de l’expertise nécessaires pour améliorer la qualité et la diversité du financement offert pour gérer la PI. L’acquisition par Aon de 601West (une organisation spécialisée en conseils stratégiques dans le domaine de la PI, en élaboration de portefeuilles et en commercialisation) et l’intégration de cette dernière à l’équipe des solutions de propriété intellectuelle d’Aon se sont avérées une avancée décisive dans la mise au point de solutions pour cette catégorie d’actifs en émergence. Le modèle dynamique de calcul du coût global du risque (Dynamic TCOR) de Willis Towers Watson, qui présente de façon concise le coût total du risque assurable pour toutes les catégories d’assurance, peut prévoir la perte potentielle liée à la PI et mesurer l’effet des structures d’assurance sur ce risque en exploitant des données tirées de jugements rendus dans des affaires de PI.

    Le regroupement avec Aon accélérera l’amélioration en cours de la technologie de modélisation du risque lié à la PI et mobilisera des efforts pour perfectionner les techniques d’évaluation du capital intellectuel, et rehausser la qualité et la diversité du capital disponible pour gérer la PI.

    Confrontées à la multiplication des risques et à une complexité accrue, les organisations ont besoin d’accéder au capital de façon plus créative et efficace. Bien que l’accès au capital soit depuis toujours indispensable pour les organisations et la santé de l’économie, les changements en cours et les forces du marché élargissent la définition même du capital. Aujourd’hui, ce concept ne se limite pas aux actifs corporels traditionnels, mais tient aussi compte de la valeur d’actifs incorporels comme la PI.

    Ces formes de capital non traditionnelles sont de plus en plus essentielles à la croissance économique et au rendement organisationnel. Près de 85 % de la valeur de l’indice S&P 500 est composée d’actifs incorporels*. Malheureusement, les outils permettant de bien gérer ces sources de valeur n’ont pas suivi la cadence. Les organisations d’aujourd’hui doivent comprendre, gérer et protéger la valeur totale de leurs actifs, tant corporels qu’incorporels.

    L’innovation d’Aon dans le domaine des contrats d’assurance titrisés, par exemple le partenariat avec la Banque mondiale pour émettre des obligations-catastrophes d’une valeur de 1,36 milliard de dollars couvrant les risques de tremblement de terre en Amérique latine, n’est qu’un exemple de nouveaux modes inédits d’accès au capital. Willis Towers Watson a aussi innové en créant des obligations-catastrophes couvrant les risques d’entreprise. En regroupant nos forces, notre organisation repoussera les limites du modèle éprouvé d’obligations-catastrophes pour diversifier et renforcer les sources de capital et répondre au vaste éventail de risques traditionnels et non traditionnels auxquels les clients sont exposés.

    Nous exploiterons des outils d’analyse de premier ordre et des données plus précises pour concevoir des indicateurs liés à des catégories particulières de risque. Nous créerons ainsi des instruments financiers ad hoc et améliorerons la chaîne de valeur du financement au moyen de capacités meneur-suiveur pour commercialiser les solutions et les offrir à plus grande échelle. Et dans le but de mettre en évidence la valeur pour les organisations et les risques connexes inhérents, Aon a créé une plateforme de souscription de la responsabilité en matière de propriété intellectuelle, dotée des plus importantes capacités déléguées pour tout risque connexe afin de prémunir les clients contre les difficultés connues et inconnues à venir.

  4. 04

    Combler les besoins non satisfaits

    Même si notre monde est plus interconnecté et interdépendant que jamais, de trop grands pans de notre société mondiale (secteurs, économies, collectivités et particuliers) sont mal desservis ou n’ont pas du tout accès à des services, une situation attribuable à la dynamique actuelle des marchés. Qu’elles soient vulnérables ou confrontées à un contexte complexe, qu’elles tentent d’obtenir du financement ou qu’elles cherchent leurs repères dans un marché du travail en perpétuel changement, un trop grand nombre d’entités n’ont pas accès aux solutions existantes, car les fournisseurs de services basent encore leurs offres sur une vision obsolète du monde. Notre société issue du regroupement créera des produits abordables et évolutifs qui renforceront les modèles de prestation destinés à de nouveaux groupes de bénéficiaires, afin que nous puissions enfin élargir l’accès et réduire cet écart.

    Aujourd’hui, par exemple, plusieurs secteurs font face à des défis bien précis pour lesquels il n’existe pas de solutions adaptées. La crise de la COVID-19 en est un bon exemple. La pandémie a mis en lumière l’importance des travailleurs de première ligne (dans le domaine médical et autre), mais rares sont les solutions destinées aux entreprises de transport non urgent à des fins médicales qui jouent un rôle indispensable.

    Aux États-Unis, plus de 15 000 entreprises transportent chaque année quelque 100 millions de patients qui ne pourraient autrement bénéficier de soins médicaux essentiels. Ces dernières ont toutefois du mal à obtenir les garanties nécessaires pour continuer à fournir leurs services essentiels, car leurs besoins et leurs risques sont difficiles à souscrire, et rares sont les sociétés d’assurance qui s’intéressent à ce marché.

À une époque marquée par la transformation technologique et les perturbations induites par des données, notre secteur a été freiné par un manque d’efficacité opérationnelle et des systèmes périmés.

Rapport d’EY | Nextwave Insurance*

La société issue du regroupement mettra à profit nos capacités d’analyse de pointe pour créer de nouveaux modèles prospectifs en mesure de générer de la valeur et de créer un marché répondant à ces besoins spécialisés. En combinant les relations d’Aon avec des agences de location de personnel (PEO) – qui viennent en aide à des comptables, à des avocats et à des infirmières, entre autres professions – et les outils de Willis Towers Watson, comme Radar Live, nous pourrons générer des connaissances analytiques et couvrir des catégories de risque pour lesquelles il n’existe pour l’heure que des solutions de faible qualité, voire aucune solution.

La plateforme Tranzact*, mentionnée plus haut, jouera aussi un rôle essentiel, à savoir mettre les particuliers en lien direct avec les assureurs. L’acquisition récente par Aon de CoverWallet* est un autre exemple d’initiative visant à mieux servir les petites et moyennes entreprises en mettant à leur disposition une plateforme numérique qui leur donne accès à des couvertures d’assurance adaptées à leurs besoins précis.

Ces outils et services combinés, jumelés à nos investissements soutenus en innovation, créeront un riche écosystème de solutions et de capacités de qualité supérieure. À l’instar des économies qui ont bénéficié de la vigueur d’un système bancaire où les multinationales, les banques régionales et les banques de proximité ont des chances égales de prospérer, la mise en commun de nos relations axées sur le marché, de nos plateformes et de notre portée multipliera les choix pour les petites entreprises, les courtiers d’assurance indépendants et les assureurs régionaux, et leur offrira un accès et des capacités similaires.

Les organisations ne préparent pas seulement l’avenir. Elles le créent.

J. Peter Scoblic | « Emerging From the Crisis: Learning from the Future »*

Un regroupement qui n’arrive qu’une fois par génération

Voilà quelques exemples qui expliquent pourquoi nous sommes convaincus que le regroupement de nos capacités complémentaires se traduira par une société mieux en mesure de répondre aux besoins insatisfaits des clients dans un monde complexe en mutation. Nous allons continuer d’exécuter la stratégie Aon United et la stratégie de croissance de Willis Towers Watson et outiller nos employés pour qu’ils puissent acquérir une compréhension inégalée des clients et des capacités d’analyse de premier plan, et ce, dans le but de générer des résultats supérieurs pour nos clients.

Il ne fait aucun doute que notre nouvelle organisation offrira des services professionnels améliorés, de meilleurs services de courtage d’assurance, des services de prestation d’avantages plus complets et des services de consultation bonifiés dans plusieurs domaines, notamment la santé, la retraite, les placements et le capital humain. Mais ce que nous construisons ensemble va au-delà des catégories traditionnelles. Notre nouvelle organisation occupera une place de choix à la table des négociations et elle conseillera les clients sur des enjeux traditionnellement ignorés en raison du fossé entre les courtiers conventionnels, les sociétés de services professionnels et les fournisseurs de technologie. Nous sommes également déterminés à répondre aux besoins insatisfaits découlant d’une collaboration plus étroite entre les secteurs public et privé, un aspect essentiel pour combler l’écart grandissant en matière de protection et accroître la résistance aux catastrophes.

La rapidité de notre innovation, nos technologies optimisées, nos capacités d’analyse élargies, nos expertises complémentaires et l’importance accordée aux risques à développement lent nous démarqueront de la concurrence. Nous comptons nous attaquer aux problèmes les plus pressants, connus ou inconnus, qui freinent les organisations de premier plan et la société d’aujourd’hui. Notre regroupement permettra aussi à nos employés d’influencer concrètement non seulement le paysage des affaires, mais aussi l’économie mondiale et le monde qui nous entoure.

Dans un contexte difficile et de plus en plus instable, la nouvelle société Aon, fruit d’un regroupement qui n’arrive qu’une fois par génération, aidera les clients à relever les défis de l’heure et s’attaquera aux problèmes les plus complexes de notre société.

*En anglais

Auteurs

Chef de la direction, Aon plc

Greg Case est le chef de la direction d’Aon plc et siège au conseil d’administration de la société.


Chef de la direction, Willis Towers Watson

John Haley est actuellement le chef de la direction ainsi qu’un administrateur de Willis Towers Watson. Il occupe ces fonctions depuis le 4 janvier 2016.


Contact Us

Solutions Connexes