Recherches

Le secteur de la construction est essentiellement touché par les risques géopolitiques et humains

Selon notre plus récent indice « Construction Risk Index », l’instabilité géopolitique et les enjeux relatifs à la gestion de la main-d’œuvre sont les principaux défis que doivent relever les cadres supérieurs dans le monde de la construction

Juin 16, 2017


L'indice « Construction Risk Index » analyse la gravité de l'impact et la simplicité de gestion des 50 principaux risques auxquels le secteur de la construction est exposé. Nous avons regroupé ces risques en cinq mégatendances pour mieux examiner leur incidence actuelle sur le secteur et la manière dont cet impact pourrait évoluer dans les dix prochaines années. L'étude se fonde sur des données quantitatives et sur des entretiens qualitatifs avec 350 cadres supérieurs, actifs dans les plus importantes entreprises de construction au monde.

L'instabilité géopolitique et les changements qui en résultent aux quatre coins du monde restent le principal souci des cadres dans la construction. Les aspects suivants sont plus particulièrement anxiogènes : incertitude quant au soutien de l'État ; réformes indésirables du financement public ; reports et délais ; changements des stratégies, des politiques et des priorités ; et respect des pipelines de projets.

Le deuxième souci majeur porte sur la gestion de la main-d'œuvre et l'optimisation du talent. L'efficacité du secteur de la construction dépend de celle de sa main-d'œuvre. L'étude montre que les défis structurels liés à la main-d'œuvre, le besoin accru de compétences numériques, un réseau mondial de travailleurs, des décisions d'externalisation complexes et une main-d'œuvre géographiquement disséminée s'ajoutent aux difficultés inhérentes à la gestion du capital humain. Combinée au vieillissement de la population, la nécessité d'attirer le talent est sans doute l'aspect qui aura l'impact au plus long terme sur le secteur.

La forte croissance des technologies émergentes a le potentiel de transformer la manière dont le secteur de la construction opère. De nombreuses entreprises ont déjà fait de grands pas en avant dans le sens d'une amélioration numérique de leurs activités, mais cette grande opportunité est tempérée par les risques et les défis (notamment les cyber-menaces) qui accompagnent l'adoption rapide du changement technologique.

En conclusion, nous pouvons affirmer que les principaux défis qui pèsent sur le succès des entreprises de construction sont nettement tributaires de la stabilité politique et des ressources humaines. Les stratégies de gestion du risque devront continuellement relever ces défis et doivent rester une priorité au niveau du conseil d'administration des entreprises de la construction afin qu'elles se protègent des risques émergents et optimisent leur avantage compétitif. Le secteur est vulnérable, pas seulement à la perte de données, mais aussi au stade de la conception et de la technologie de par l'augmentation du recours à la technologie … et le résultat pourrait être catastrophique. Dans ce contexte, la sensibilisation et la formation aux cyber-risques doivent pleinement s'inscrire dans toute stratégie de cyber-sécurité dans le but d'aider les travailleurs à identifier, relayer et limiter efficacement l'impact d'une attaque.

Willis Towers Watson a l'expertise nécessaire pour appréhender les mégatendances et les risques identifiés dans ce rapport et collabore avec un large éventail d'entreprises dans le secteur de la construction pour restreindre ces menaces et créer des opportunités, à travers le spectre intégral des défis posés par le capital humain et le risque.