Skip to main content
Article

Pourquoi votre programme d’avantages sociaux pour les travailleurs doit-il aussi mettre l’accent sur le bien-être financier ?

Zintegrowane podejście do dobrostanu
N/A

Février 14, 2019

Aborder la question du bien-être financier aujourd’hui permet de préparer notre main-d’œuvre à appréhender les enjeux financiers de demain.

J'ai passé toute ma carrière dans le domaine des avantages sociaux, d'abord dans le secteur médical, puis auprès d'un assureur actif dans les avantages sociaux complémentaires. J'aide maintenant les clients à concevoir et à déployer des programmes pour leurs travailleurs.

J'ai appris à jongler avec les franchises et la coassurance, à expliquer les prestations accessoires… . Il y a pourtant toujours eu un décalage fondamental entre « avantages sociaux » et « retraite », ou bien-être physique et financier. Je me suis parfois sentie terriblement mal informée sur les options de retraite.

Je suis donc ravie, professionnellement et personnellement parlant, d'assister à une véritable convergence entre retraite et avantages médicaux. Remercions la créativité disruptive de l'économie et l'importance croissante accordée au bien-être financier !

Pourquoi le bien-être financier est-il un principe durable ?

Fin de l'année dernière, j'ai passé quelques jours à l'Employee Financial Well-being Conference, organisée par le Conference Board. J'y ai été inspirée par la passion et les programmes innovants présentés par une multitude de leaders d'organisations de tous horizons. Cet événement rassemblait des organisations diverses et des employeurs à la tête de nombreux groupes de travailleurs désireux d'en apprendre davantage sur la question. Des entreprises high-tech, de services financiers, de manufacture et de services étaient présentes pour partager sur leur manière d'aider leurs employés à accéder au bien-être financier.

La quantité de nouveaux titres de fonction parmi les participants était impressionnante, elle aussi. « Responsable bien-être », « Directeur bien-être financier » ou encore « Directeur programmes bien-être » n'en sont que quelques exemples. À eux seuls, ces postes démontrent aux travailleurs que l'entreprise s'engage à proposer des régimes d'avantages sociaux et que leurs employeurs sont déterminés à adopter un nouveau mode de pensée. Lorsque des leaders se rassemblent pour échanger sur leur offre innovante de programmes bien pensés et développés avec brio, le bien-être financier est lui aussi abordé.

J'ai également été agréablement surprise de constater l'enthousiasme des employeurs à partager les ités de leur programme, leurs réussites et même certaines de leurs prises de conscience. De la manière d'encourager les travailleurs à assister à des séminaires aux causes pouvant faire capoter le meilleur des programmes en cas de mauvaise communication.

L'employeur doit continuer à mettre l'accent sur le bien-être financier

Le point à retenir de la conférence est probablement que les employeurs commencent à mesurer et à quantifier l'impact du bien-être financier (ainsi que du stress physique et financier) sur la productivité et la sécurité des travailleurs. Cette prise de conscience est essentielle, car elle évitera aux employeurs d'abandonner rapidement ces programmes à mesure que le cycle économique change. Les plus clairvoyants pourraient même doubler leurs investissements pour réduire les facteurs de stress externes et la pression financière susceptibles d'affecter leurs employés.

Aborder la question du bien-être financier aujourd'hui permet de préparer notre main-d'œuvre à appréhender les enjeux financiers de demain. Nous veillerons d'ici là à informer les employeurs et leurs travailleurs sur le meilleur moyen d'optimiser toutes les ressources en matière de bien-être financier à leur disposition.

Contact Us
Related content tags, list of links Article Bien-être au travail et absentéisme Belgique